Intel s’est battu sur, et abandonné à plusieurs reprises le marché des cartes graphiques et des accélérateurs, avec un bilan des plus médiocres.

Même ses processeurs graphiques intégrés, dans leur dernière itération, sont loin d’offrir des performances compétitives aux côtés de ceux de AMD Radeon.

Depuis quelques années, Intel développe Xe, l’architecture pour remplacer les Xeon Phi, brutalement abandonnés avec l’annulation de la génération Knights Hill, qui aurait dû être produite en 10 nm.

Xe est conçue pour être extensible de la carte graphique ultra-mobile aux accélérateurs pour les supercalculateurs à l’échelle exa (1 000 pétaflops).

On vient d’entrer dans l’ère exa avec le Supercomputer Fugaku, le plus puissant des supercalculateurs du monde, et le premier à dépasser une performance de pointe d’un exaflops.

En fin de semaine, Raja Koduri, en charge de Xe, a publié une photo de plusieurs puces, dont l’une intitulée BFP pour big fabulous package – grand boîtier fabuleux:

Effectivement, la puce est énorme : environ 85 par 85 mm. En comparaison, un processeur de bureau Intel Core mesure environ 37 par 37 mm.

Puis il rajoute dans un second tweet :*

Là encore, il s’agit plus de titiller que d’informer avec précision : car la puissance en péta dépend du type de nombre sous-jacent : un pétaflops sur un nombre entier sur 8 bits est impressionnant, mais bien moins que sur des nombres à virgule flottante sur 64 bits.

Le message est clair : Intel développe activement l’architecture Xe, et le fondeur semble confiant en sa capacité à produire une première puce compétitive, voire leader, pour l’accélération des traitements.

 

* Traduction: Le Diligent