Si Intel écrase tous ses concurrents sur la proportion des supercalculateurs les plus puissants du monde intégrant ses processeurs, sa position est beaucoup moins impressionnante quand on considère qu’aucun des quatre premiers n’utilise ses processeurs, et que la quasi-totalité des supercalculateurs n’exploite pas ses processeurs graphiques (GPU).

Pour partir à la reconquête du sommet, Intel a présenté hier, lors de sa conférence pour les développeurs pour l’informatique haute performance (HPC), Intel lance OneAPI, présente Ponte Vecchio, son futur GPU, et dévoile l’architecture du superordinateur Aurora.

OneAPI

OneAPI est une initiative industrielle d’Intel afin de proposer un modèle simplifié et unifié de programmation sur des systèmes HPC et/ou d’intelligence artificielle de plus en plus hétérogènes, avec processeurs, GPUs, FPGAs, voire d’autres types d’accélérateurs.

OneAPI se base sur un unique langage informatique, Data Parallel c ++, une variante du c ++ incorporant SYCL, la couche d’abstraction multiplateforme et sans redevance du Khronos Group pour OpenCL, un sous-ensemble de c ++ pour la programmation parallèle de systèmes hétérogène.

Des librairies de code optimisé seront mises à disposition pour les mathématiques, l’apprentissage automatique, la vidéo et les traitements multimédias.

Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, OneAPI vise initialement les processeurs Intel Xeon Scalable, Intel Core et les FPGAs Intel.

 

Ponte Veccio

Ponte Vecchio est le nom de code de la nouvelle catégorie de GPUs à usage général basé sur l’architecture Intel Xe. Il s’agit du remplacement des GPUs Xeon Phi, abandonnés, qui sera fabriqué avec un procédé 7 nm, la nouvelle génération des technologies de conditionnement Foveros et EMIB, et compatible avec le nouveau standard d’interconnexion Compute Express Link.

Intel aura peut-être du mal à convaincre, avec un retard de plus de 5 ans sur le 10 nm, et sa gamme de GPU Xeon Phi abandonnée bien tôt, par suite de l’annulation de sa génération Knights Hill, en 10 nm.

Aurora

Intel annonce la livraison du superordinateur Aurora à l’Argonne National Laboratory pour 2021* – un projet de 500 millions de dollars. Il sera le premier système à l’échelle de l’exaflop (1 000 pétaflops) à intégrer les processeurs Xeon Scalable, les GPU Xe et la mémoire persistente Optane DC.

Chaque nœud de calcul d’Aurora sera composé de deux processeurs Xeon Scalable 10 nm, nom de code Sapphire Rapids, et six GPUs Ponte Vecchio avec une connectivité tout-à-tout dans le nœud.

Au total, Aurora sera composée de plus de 200 racks interconnectés par Slingshot de Cray, et disposera de plus de 10 pétaoctets de mémoire vive (10 millions de gigaoctets) et plus de 230 pétaoctets de stockage (230 000 téraoctets).

.

Le superordinateur Aurora initial devait être livré en 2020. Au cours des ans, sa conception a été modifiée.