Tesla a engagé une poursuite judiciaire contre 4 ex-employés, Scott Turner, Sydney Cooper, Christian Dement, et Craigh Emigh, que l’entreprise accuse d’avoir volé des secrets industriels et des informations pour le compte de Zoox, une jeune pousse, afin de lui épargner des années de développement pour gérer ses entrepôts, sa logistique, ses inventaires et ses opérations de contrôle.

Le lendemain, le constructeur américain de véhicules électrique a engagé une poursuite contre un autre ex-employé, Guangzi Cao, qui aurait volé du code source lié à Autopilot, son système d’aide à la conduite automobile, et téléversé 300 000 fichiers et répertoires sur un compte privé de stockage dans le nuage, avant d’accepter un emploi chez Xiaopeng Motors, également connu comme XMotors.

XMotors développe aussi des véhicules électriques et travaille sur les technologies de véhicules autonomes.

Un autre employé d’origine chinoise, d’Apple, a plaidé non coupable en juillet dernier, alors qu’il était accusé de vol de propriété intellectuelle pour le compte de XMotors également.

Rappelons à cette occasion que l’Autopilot, malgré son nom trompeur, n’est pas un outil de conduite autonome. C’est un simple outil d’aide à la conduite.

De son côté, Tesla croûle sous les attaques en justice : plus de 470 contre elle en ce moment, de toute part : clients, employés, actionnaires, partenaires, sous-traitants, fournisseurs, SEC, etc.