La Federal Trace Commission (FTC) lance une enquête sur la façon dont les fournisseurs d’accès internet (FAI) collectent, conservent, utilisent et divulguent les informations sur leurs consommateurs et leurs appareils.

Son intérêt est éveillé alors que les entreprises de télécommunications évoluent en des plateformes intégrées verticalement qui fournissent des contenus supportés par la publicité. D’après la loi actuelle, la FTC est en mesure de punir les pratiques déloyales et trompeuses impliquant des FAI.

Elle a envoyé des ordres à AT & T Inc., AT & T Mobility LLC, Comcast Cable Communications opérant sous le nom Xfinity, Google Fiber Inc., T-Mobile US Inc., Verizon Communications Inc., et Cellco Partnership opérant sous le nom Verizon Wireless afin d’obtenir des informations sur :

  • Les catégories d’informations personnelles recueillies sur les consommatrices et les consommateurs et leurs appareils, ainsi que la raison pour laquelle l’information est collectée ou utilisée, les techniques utilisées pour collecter de telles informations, si de telles informations sont partagées ou vendues à des tiers, les politiques internes pour accéder à de telles données, et combien de temps ces données sont conservées;
  • Si ces informations sont agrégées, anonymisées ou dé-identifiées ;
  • Les copies des notices et des avertissements des clients à propos des pratiques de collecte de données ;
  • Si les entreprises offrent des choix à leurs consommateurs sur la collecte, la rétention, l’exploitation et la divulgation d’informations personnelles, et si les entreprises ont refusé, ou dégradé, un service à des consommateurs qui auraient refusé ces collectes de données ;
  • Les procédures et les processus qui permettent éventuellement aux consommateurs d’accéder à, de corriger, ou d’effacer leurs données personnelles.

En théorie, les citoyens de l’Union européenne sont beaucoup mieux protégés que les Américains, par les lois et les régulations, des abus de leurs données personnelles par des entreprises et des organisations.

En pratique, on constate, encore une fois, que les autorités américaines sont plus proactives que les autorités européennes, qui ne semblent réagir que à la suite d’événements d’une extrême gravité.