Reuters affirme en exclusivité que Amazon a commencé depuis quelques années à déployer des machines qui scannent les marchandises en départ sur un convoyeur, puis les emballe quelques secondes plus tard dans un carton taillé spécifiquement pour eux.

Chacun de ces équipements replacerait au moins 24 personnes, ce qui représente 1 300 emplois perdus aux États-Unis. Avec un potentiel bien plus élevé.

Une machine 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111coûte un million de dollars plus les dépenses opérationnelles, et Amazon pourrait les rentabiliser en deux ans.

Deux de ces machines, fabriquées par CMC, et une troisième nommée Smartpack, peuvent remplacer trois rangées de travailleurs.

Amazon, qui n’a jamais communiqué sur ce projet, affirme qu’elle teste des technologies dans le but d’améliorer la sûreté et d’ajouter de l’efficience à travers son réseau.

Les sources de Reuters assurent que Amazon s’en sert comme source d’attrition, ce qui lui permet de réduire ses effectifs sans avoir à recourir aux renvois.

Le roulement du personnel pour cette activité est déjà élevé, car elle est pénible, fatigante et mal payée. En revanche, elle permet à certains d’évoluer vers de nouveaux métiers.

Ces technologies intéressent également Walmart, JD.com et Shutterfly.

Elles sont limitées par un besoin insatisfait pour un bras robot capable de sélectionner divers produits sans les casser.