Apple ne fournirait pas le stockage de iCloud

Le contrat de service de iCloud stipule qu’Apple fournit le stockage dans le nuage qui est acheté. C’est faux d’après  Andrea Williams et James Stewart, qui intentent un procès à Apple devant la Cour fédérale du district de San Jose, Californie, et qui souhaitent obtenir le statut de recours collectif pour leur action en justice.

Apple se contenterait de revendre des espaces de stockage dans AWS et Microsoft Azure alors que ses clients ne s’inscrivent que parce qu’ils pensent qu’Apple est le fournisseur, et ne sont prêts à payer un prix plus cher que parce que la marque du service est Apple, et qu’ils en attendent une protection supérieure des données personnelles.

 

Netflix dévoile 8 vulnérabilités du protocole HTTP/2

En partenariat avec Google et CERT/CC, Netflix a dévoilé 8 vulnérabilités de sécurité affectant les implémentations de tiers du protocole http/2.

http/2 est la deuxième version du protocole de réseau http (hyper text transfert protocol) à la base du world wide web, adoptée le 14 mai 2015. Aujourd’hui, il serait adopté par près de 40 % des serveurs web.

Si ces vulnérabilités, de référence CVE-2019-9511 à CVE-2019-9518, ne permettent pas de divulguer ou de modifier des informations, elles peuvent être à la source d’attaques distribuées par déni de service.

Apple et Microsoft ont publié des correctifs de sécurité pour leurs systèmes d’exploitation respectifs. Des produits de Google, Istio, Netty Project, nghttp2, Node.js, Swift et Twisted Matrix Labs sont affectés et les responsables informatiques sont invités à appliquer les correctifs de sécurité.

 

Les MacBook Pro dont les batteries défectueuses n’ont pas été changées sont interdits de vol

La Federal Aviation Authority, le régulateur américain de l’aviation civile, a réitéré au site NPR que tout MacBook Pro à la batterie défectueuse ne sera pas accepté sur un vol, que ce soit en bagage à main ou en soute, et que les compagnies aériennes comme les voyageurs ont été informés début juillet, suite au rappel volontaire d’Apple en juin.

Sont concernés les MacBook Pro 15 pouces fabriqués entre septembre 2015 et février 2017, soit environ 450 000 ordinateurs en Amérique du Nord.

Quatre compagnies aériennes internationales les ont également bannis : Tui Group Airlines, Thomas Cook Airlines, Air Italy et Air Transat.

 

HUP : Microsoft force les utilisateurs à passer à Office 365

Le programme d’utilisation à domicile (HUP) de Microsoft permettait à tout employé d’une entreprise travaillant avec Office d’acquérir une licence perpétuelle d’Office Professionnel Plus ou Office Famille et Petite Entreprise 2 019 pour la maison à prix dérisoire – environ 15 €.

C’est fini, le programme ne donnera plus la possibilité que d’acheter un abonnement annuel Office 365 Personnel ou Office 365 Famille à prix réduit.

L’offre reste très intéressante, environ 20 à 30 € de rabais sur le prix standard d’un abonnement annuel, et même sans doute plus appropriée pour la plupart des gens, avec les possibilités d’installations sur des téléphones et des tablettes Android et iOS.

Elle le sera nettement moins pour toute personne habituée à acquérir une licence perpétuelle et la garder plusieurs années.

 

L’Autorité de la concurrence autorise sous conditions la création de la plateforme Salto par TF1, France Télévisions et M6

L’Autorité de la concurrence a autorisé lundi sous conditions la création de la plateforme Salto par TF1, France Télévisions et Métropole Télévision (M6). Les acteurs ont pris des engagements pour remédier aux préoccupations de concurrence soulevée par l’opération : prévenir les risques de coordination entre TF1, France Télévisions et M6, ainsi que les risques identifiés sur :

– Le marché amont de l’acquisition des droits de diffusion;

– Le marché de l’édition et de la commercialisation des chaînes de télévision;

– Le marché de la distribution de services de télévision payante;

– Les marchés de la publicité.

 

Les données biométriques de plus d’un million de personnes sont disponibles dans des bases de données accessibles à tous

Les empreintes digitales de plus d’un million de personnes, ainsi que les données de reconnaissance faciale, des mots de passe et des noms d’utilisateurs en clair, ainsi que des informations personnelles et professionnelles, sont disponibles dans des bases de données accessibles à tous.

Il s’agit de Biostar 2, un système de verrouillage centralisé accessible par le web, de Suprema, qui compte pour client des banques, des contracteurs de la défense et même la police national du Royaume-Uni.

Noam Rotem et Ran Locar, deux chercheurs israéliens en sécurité, se sont aperçus que la base de données de Biostar 2 n’est pas protégée, et dans son ensemble, pas chiffrée. En quelques jours, ils ont eu accès à près de 30 millions d’enregistrements et de 23 gigaoctets de données.

Ce qui est illégal pour toute entreprise avec des clients européens est inacceptable quand il s’agit d’une entreprise de cybersécurité, et l’on espère que les autorités européennes infligeront l’amende maximale prévue par le RGPD à cette entreprise inique.

 

WeWork Prépare son introduction en Bourse

La jeune pousse WeWork, spécialisée dans les espaces de travail partagés, déjà une formidable machine à pertes, et certains pensent, un énième schéma de Ponzi, a envoyé son dossier d’introduction en Bourse (IPO) S-1.

Elle a déjà reçu plus de 12 milliards de financement depuis sa fondation il y a neuf ans, prévoit d’emprunter immédiatement 6 milliards, n’a jamais produit un dollar de bénéfice et souhaite toutefois être cotée.

WeWork a perdu 904 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires et les pertes d’exploitation doublant chacun d’une année sur l’autre. La société a perdu 3 milliards sur les 3 dernières années.

Ce qui devrait également inquiéter les investisseurs potentiels sont les 3 classes d’actions prévues, avec des droits de vote différents, afin que le dirigeant actuel conserve le contrôle de l’entreprise quoi qu’il arrive.

C’est SoftBank Group, son premier investisseur avec 10,7 milliards sur la base d’une valeur d’entreprise de 47 milliards, qui pourrait gagner ou perdre le plus avec cette opération boursière.