Walmart, le numéro un mondial de la grande distribution a fait installer au cours des dernières années sur 240 de ses magasins des panneaux solaires de Tesla Energy Operations, c’est-à-dire SolarCity.

Il accuse Tesla de rupture de contrat, d’années de fautes lourdes, et d’incapacité à se montrer à la hauteur des normes internationales pour les panneaux solaires qu’elle a conçus, installés, et promis d’opérer et d’entretenir avec sûreté sur les toits de centaines de magasins de Walmart.

Sept de ses magasins auraient pris feu entre mars et novembre 2018 à cause des panneaux solaires, occasionnant de sérieux dégâts.

Il aurait été clair dès mai 2018 que Tesla était fautive par négligence, et, par mesure de sécurité, Walmart a demandé alors à Tesla de déconnecter tous ses panneaux solaires. Ce qui n’aurait pas empêché un autre magasin de brûler en novembre 2018, un des employés de Tesla occasionnant un risque d’incendie en oubliant de fermer un appareil, et un défaut de mise à la terre n’ayant pas été réparé.

À ce jour, Tesla n’a toujours par indiqué la cause profonde des accidents à Walmart.

Walmart exige que Tesla lui rembourse les dégâts occasionnés et démonte ses panneaux solaires sur tous les magasins.

Dans la plainte de 115 pages, on peut lire parmi les centaines d’accusations que Tesla a régulièrement déployé des individus pour inspecter les systèmes de panneaux solaires qui n’avaient pas la moindre connaissance de base ou la moindre formation sur le sujet.

De nombreux défauts auraient été visibles à l’œil nu, et auraient dû être réparés avant que les panneaux solaires prennent feu.

La valeur de SolarCity, une entreprise fondée par des cousins d’Elon Musk, premier actionnaire alors de l’entreprise avec plus de 20 % des parts, s’élevait à 575 millions de dollars fin 2015. SolarCity, au bord de la faillite, avec 3,4 milliards de dollars de dette et un cours en chute libre, fut rachetée quelques mois après pour 2,6 milliards de dollars par Tesla, dont Musk était président et CEO, et premier actionnaire…

Durant une présentation aux investisseurs, pour les inciter à voter pour l’acquisition, Elon Musk présenta des tuiles de toit solaires, une potentielle révolution, les panneaux solaires disgracieux et lourds laissant la place à un toit comme un autre.

Comme souvent avec Musk, il s’agit d’une fraude pure et simple, le toit étant un faux qui ne marchait pas, et qui, trois ans après, ne marche toujours pas. Mais comme d’habitude, la presse admiratrice le présenta comme un fait accompli.

Plusieurs recours collectifs d’actionnaires de SolarCity sont toujours en cours contre Tesla.