Les opérateurs français ne voient pas pourquoi il faudrait payer pour diffuser une chaîne de télévision gratuite sur la TNT.

Toutefois, le CSA a jugé qu’une telle chaîne pouvait exiger d’être payée, même si rien n’oblige un distributeur de la diffuser.

Menacé par un juge d’une amende de 100 000 € par jour de diffusion de BFMTV, une chaîne d’Altice, à partir du 27 août 2019, l’opérateur Free a choisi : arrêter sa diffusion sur ses box, qui comptent 6,5 millions d’abonnés. Ces derniers ont cependant la possibilité de passer par la TNT pour la visionner.

Altice concurrence directement les activités d’opérateur mobile et de fournisseur d’accès internet (FAI) de Free et Free Mobile avec sa filiale SFR.

D’après les premiers chiffres de Médiamétrie, c’est une décision catastrophique : le taux d’audience de BMFTV a chuté de 20 % mardi.

Ce qui n’augure rien de bon pour les autres chaînes d’Altice que Free a cessé de diffuser : RMC Story et RMC Découverte.

Or la principale source de financement de ces chaînes est la publicité, directement liée à l’audience.

Si TF1 et M6 avaient remporté leur bras de fer avec les opérateurs, c’est parce que ces derniers ont estimé que les chaînes et leurs services associés (rattrapage avant-première, mise à disposition de tous les épisodes d’une série…) ont une valeur pour leurs abonnés. Ce qui ne serait pas le cas pour les chaînes d’Altice.

Aujourd’hui, Orange s’aligne sur la position de Free : il est prêt à arrêter de diffuser les chaînes d’Altice sur ses livebox.

« On n’aimerait pas en arriver là, mais c’est évidemment possible »

a déclaré ce matin Stéphane Richard, son PDG, lors de l’émission Télématin:

Il affirme que la renégociation du contrat de diffusion avec Altice, qui devait se clore en septembre, soit quelques jours avant son expiration, est reportée.