L’agence de presse Bloomberg croit savoir que le Samsung Galaxy S11, le prochain ordiphone porte-étendard de la marque, qui sera sans doute présenté lors du MWC Barcelona fin février 2020, mettra l’accent, comme les derniers iPhones, sur la photographie.

Le capteur d’image de sa caméra principale aurait une résolution de 108 mégapixels (12 pour les iPhones de dernière génération).

Trois caméras additionnelles seront intégrées au dos de l’ordiphone, de l’ultra grand-angle au téléobjectif, pour un agrandissement optique 5x.

Un capteur TOF sera de la partie, à l’instar du Galaxy Note 10 +.

Il permet de mesurer des objets et distances en direct et en réalité augmentée, de scanner en 3D et d’améliorer les portraits.

Les mêmes caméras et capteurs seront aussi intégrés au nouvel ordiphone pliable de Samsung, dont le lancement est également attendu en février, d’après l’agence de presse.

La stratégie de Samsung avec cette pléthore de caméras, de compatibilité 5G et d’ordiphones pliables, est de faire en sorte qu’Apple ne puisse aligner d’iPhone avec une fiche technique similaire à l’automne 2020.

Samsung, et sans doute Apple, profitent de la vendetta américaine contre Huawei, y compris en Europe, pour consolider leurs positions.

Il nous semble qu’un capteur de 108 mégapixels est bien plus utile pour le marketing de Samsung que pour ses clientes et ses clients.

Car une telle quantité de pixels se paie en taille : la surface de chaque pixel étant réduite, il reçoit moins de lumière et fournit une information moins précise et plus bruitée.

C’est pour cela que plus de mégapixels ne signifie en aucun cas une meilleure résolution réelle de la photographie.

Une telle quantité de mégapixels a également une forte incidence négative sur la taille des fichiers, et sur les temps de traitements logiciels.