Allemagne

Le Bundeskartellamt, l’autorité de la concurrence de l’Allemagne, a lancé une enquête antitrust contre Amazon, s’intéressant en particulier aux relations de cette dernière avec les vendeurs tiers sur son site, comme l’a indiqué son président Andreas Mundt au quotidien économique Frankfurter Allegmeine Zeitung.

L’Allemagne est le second marché de Amazon, après les États-Unis.

Durant les premiers mois de la crise liée à la pandémie covid-19, alors que de nombreux magasins étaient obligés de rester fermés et que les consommateurs se retournèrent sur le commerce en ligne, il y aurait eu des plaintes que certains vendeurs tiers sur Amazon auraient été bloqués pour cause de prix trop élevés par cette dernière.

Pour le Bundeskartellamt, Amazon ne doit pas contrôler les prix sur sa place de marché.

Amazon rétorque que ses politiques ont pour but de protéger des gonflements de prix.

Jusqu’en 2013, Amazon interdisait à ses vendeurs tiers de vendre des produits à un prix inférieur sur une autre place de marché que la sienne, une politique qu’elle dût abandonner par ordre du Bundeskartellamt.

Canada

Le Bureau de la concurrence du Canada a également lancé une enquête vendredi sur la conduite de Amazon sur sa place de marché, et si elle a fait souffrir les entreprises du pays.

En particulier, l’autorité antitrust veut savoir si l’emprise du géant du commerce en ligne sur ses vendeurs tiers les empêche d’offrir leurs produits sur des places de marché tierces ; si les vendeurs tiers peuvent réussir sur la place de marché de Amazon sans utiliser son service « Expédié par Amazon » ; et s’intéresse à tout effort ou toute stratégie d’Amazon qui pourrait influencer les consommateurs à acheter des produits que Amazon vend plutôt que ceux offerts par des vendeurs concurrents.

Amazon fait déjà l’objet d’enquêtes antitrust aux États-Unis et en Europe.

Paradoxalement, l’entreprise affiche ses meilleurs résultats en période de covid-19, alors que de nombreux concurrents physiques sont forcés de fermer ou font face à des politiques sanitaires qui réduisent drastiquement leurs espérances de vente.