Comme nous vous en informions le 2 mai, ZeniMax Media accusait John Carmack d’avoir emporté avec lui illégalement de la propriété intellectuelle en allant chez son nouvel employeur, Oculus VR.

Oculus VR, qui développe un casque de réalité virtuelle, a été rachetée par Facebook.

Aujourd’hui, ZeniMax Media et sa filiale ID Software entament une procédure judiciaire contre Oculus VR et son fondateur Palmer Luckey.

Elle les accuse de détournement illégal de secrets commerciaux relatifs à la technologie de réalité virtuelle et violation des droits d’auteurs et de marques déposées de ZeniMax.

ZeniMax les accuse aussi de rupture abusive de contrat, d’enrichissement sans cause et de concurrence déloyale. La plainte a été déposée devant la Cour fédérale du district nord du Texas, où ID Software est basée.

La procédure ferait suite à l’exploitation illégale de la propriété intellectuelle, y compris les secrets commerciaux, le code informatique sous copyright et le savoir-faire technique lié aux technologies de la réalité virtuelle, qui ont été développés par ZeniMax après des années de recherches et d’investissements.

ZeniMax avait fourni cette propriété intellectuelle à Oculus VR en vertu d’un accord de non-divulgation qui spécifie que cette propriété intellectuelle est la propriété exclusive de ZeniMax et qu’elle ne peut être utilisée, divulguée ou transférée à des tiers sans l’autorisation préalable de ZeniMax.

La propriété intellectuelle de ZeniMax serait essentielle au casque virtuel Rift d’Oculus. Néanmoins, les défenseurs auraient refusé toutes les demandes de ZeniMax pour une compensation raisonnable et continueraient à utiliser la propriété intellectuelle sans l’autorisation de ZeniMax.

Tous les efforts de ZeniMax pour régler cette affaire à l’amiable auraient été vains. Oculus a récemment affirmé publiquement que

« ZeniMax n’a jamais contribué à la technologie ni à la propriété intellectuelle d’Oculus. »

« La propriété intellectuelle constitue le fondement de notre entreprise, » a déclaré Robert Altman, le PDG de ZeniMax. « Nous ne pouvons ignorer l’exploitation illégale de la propriété intellectuelle que nous développons et possédons, ni laisser l’appropriation illicite et la violation sans réponse ».

Oculus nie ces affirmations :

« Le procès intenté par ZeniMax est sans fondement. Comme nous l’avons dit précédemment, ZeniMax n’a pas contribué à quelque technologie Oculus que ce soit. Oculus se défendra vigoureusement contre ces allégations. »