Alphabet, la maison mère de Google, abandonne Shaft, son unité de robots bipèdes, d’après le Nikkei.

L’aventure commença en 2013 avec l’acquisition de la jeune pousse japonaise Shaft, fondée par des chercheurs de l’Université de Tokyo et d’autres compagnies.

Elle développa des robots bipèdes, une particularité qui les rendrait adaptés à la préservation de vies humaines lors de désastres. Elle gagna le premier prix d’un concours de robotique organisé par le département de la Défense.

Alphabet a une culture de ‘Moonshots’ depuis bien longtemps – et les moyens financiers de ses ambitions. Il s’agit de projets qui ont peu de chance de se réaliser, mais qui pourraient tout changer.

Au dernier troisième trimestre, la division ‘Autres paris’ dont Shaft faisait partie, affichait un chiffre d’affaires de 146 millions de dollars pour des pertes de 727 millions de dollars – respectivement 129 et 641 millions d’euros.

En 2014, Andy Rubin, alors en charge de la robotique, quittait Google.

En juin 2017, SoftBank Group annonçait son intention de racheter l’entreprise. Il semblerait que des employés de Shaft aient refusé de travailler pour SoftBank, qui aurait fini par abandonner.

Après l’exploration de plusieurs options, la direction a finalement décidé de fermer Shaft. Ses employés se verront proposer d’autres postes chez Google, ou une aide pour trouver un travail ailleurs.

La robotique ne réussit pas au groupe. En juin 2017, il se débarassait de Boston Dynamics, rendu célèbre par des robots qui ressemblent à des animaux.