F5 Networks, un fournisseur de déploiement et de protection d’applications, ainsi que de services de sécurité et d’opérations de réseaux, acquiert NGINX pour 670 millions de dollars (environ 596 millions de dollars).

La transaction, entièrement en numéraire, sujette à l’acceptation des autorités compétentes, devrait se clore au deuxième trimestre.

La marque NGINX sera conservée. Gus Robertson, CEO de NGINX, et les deux fondateurs Igor Sysoev et Maxim Konovalov, continueront de diriger NGINX.

NGINX est d’abord connue pour son serveur web open source éponyme, premier concurrent d’Apache Web. Il est utilisé par 375 millions de sites web, et presque les deux tiers des sites au plus haut trafic.

Puis elle a développé une plateforme d’applications avec équilibrage des charges, microservices, passerelle d’APIs, et outil de surveillance des applications.

La fusion des deux entreprises permettrait ainsi d’offrir au client des services d’applications de bout en bout, en mariant le meilleur de l’infrastructure d’application et de sécurité pour les réseaux et les NetOps (à la fois administrateurs de réseaux et opérateurs d’infrastructures informatiques) au meilleur de l’infrastructure d’applications pour les développeurs et les DevOps (à la fois développeurs et opérateurs d’infrastructures informatiques).

Parmi les utilisateurs du serveur web NGINX open source, l’acquisition suscite une certaine méfiance – comme celle de RedHat par IBM : l’entreprise va-t-elle supprimer son offre open source pour se concentrer sur la version open core : une version payante mariant la version open source à des extensions propriétaires.

F5 s’engage toutefois à « l’innovation continue » et à accroitre l’investissement dans le projet open source de NGINX.