Google a annoncé, lors de son événement en direct Made by Google’19, ses ordiphones de dernière génération, les Pixel 4 et Pixel 4 XL.

Il ne reste pratiquement rien à dévoiler, tant ces appareils ont fait l’objet de nombreuses fuites vers la toile et la presse.

On peut les précommander dès aujourd’hui, à 769 € pour le modèle Pixel 4 avec 64 Go de stockage, et 899 € pour le modèle Pixel 4 XL (soit 60 € de moins que le Pixel 3 XL), avec un envoi le 21 octobre 2019.

En comparaison, les iPhones 11, 11 Pro et 11 Pro Max sont vendus à partir de 809 €, 1 159 € et 1 259 € avec 64 Go de stockage.

Jusqu’au 23 octobre, 23 h 59, un Google Nest Hub d’une valeur de 129 € est offert pour la précommande d’un Pixel 4 XL.

Les coloris proposés sont les mêmes que ceux des Pixel Buds, mais seuls 3 sont proposés: Clearly White (blanc), Oh So Orange (orange), et Almost Black (gris)

Nous faisons partie des personnes qui applaudissent l’abandon du « notch », où l’entaille disgracieuse qui défigure les écrans des Pixel 3 et de nombreux autres appareils, au prétexte de maximiser la taille de l’écran.

Le Pixel 4 est équipé d’un écran d’une taille de 5,7 pouces, d’une définition FHD +, compatible HDR, d’un rapport de forme 19:9 – encore plus allongé que le modèle précédent, ce qui n’est pas, nous semble-t-il, une bonne évolution.

La nouveauté de cette année est la fréquence de rafraîchissement de 90 images par seconde (ips), alors que typiquement, elle s’élève à 60 ips. Ce qui plaira en particulier aux joueurs.

L’écran du Pixel 4 XL est similaire, mais avec une taille de 6,3 pouces, et une définition QHD +.

La capacité de la batterie du Pixel 4 s’élève à 2 800 mAh, et celle du Pixel 4 XL de 3 700 mAh.

Les deux appareils sont compatibles avec la charge sans fil, et la charge rapide 18 W.

La plupart des autres caractéristiques sont similaires pour les deux modèles : système sur une puce Qualcomm Snapdragon 855 à huit cœurs et puce graphique Adreno 640, 6 Go de mémoire vive LPDDR4x, 64 ou 128 Go de stockage, port USB Type C 3.1 génération 1, Wi-Fi 802.11 ac (Wi-Fi 5), Bluetooth 5.0 LE, 4G + avec jusqu’à 1,2 Gbps en téléchargement et 150 Mbps en téléversement.

La caméra avant offre un champ de vue de 90°, une ouverture maximale f/2.0, et 8 MP.

Les deux caméras à l’arrière disposent d’une mise au point automatique, d’une stabilisation optique et électronique. Le champ de vue de la première est de 52 degrés, son ouverture maximale f/2,4 et sa résolution s’élève à 16 MP.

La deuxième caméra est plus lumineuse : f/1,7, plus grand angle : 77 degrés de champ de vue, mais seulement 12,2 MP.

Google affirme que l’on peut prendre des photos sans flash, même dans l’obscurité. Le mode portrait exploite les deux caméras afin de créer un flou « artistique » en arrière-plan.

Le mode Visage semble utiliser l’intelligence artificielle afin de choisir une photo (ou plusieurs composées?), en prenant les visages à leur avantage : souriants, yeux ouverts, image nette.

Cette année, les deux nouveautés principales sont liées : Motion Sense, qui permet de contrôler l’ordiphone à l’aide de gestes, et l’authentification par reconnaissance faciale (Face Unlock)*.

Motion Sense, qui n’est pas disponible au Japon, repose sur un radar.

Le contrôle sans toucher, par mouvement, n’est pas nouveau, mais n’a pas vraiment séduit jusqu’ici. L’avenir dira si la version de Google plaît aux clients, et s’il ne sacrifie pas trop d’autonomie de batterie. Le dispositif semble capable de distinguer un mouvement intentionnel de contrôle d’un autre mouvement, tel que déplacer une tasse de café.

L’intérêt principal des ordiphones de Google est qu’ils sont livrés avec un système d’exploitation Android standard, et que Google garanti 3 ans de mises à jour.

 

 

* Pour mémoire, la reconnaissance faciale Windows Hello était disponible sur les Lumia 950 en 2015.