Le géant chinois du commerce en ligne et de l’informatique en nuage Alibaba souhaiterait lever jusqu’à 15 milliards de dollars avec une cotation secondaire à Hong Kong (Alibaba est déjà coté au NYSE), affirme la presse financière américaine.

Un projet qui date de mai 2019, mais qui a été reporté fin août, à cause de l’instabilité politique à Hong Kong.

Pour la Bourse de Hong Kong, ce serait une bonne nouvelle, après sa plus grande baisse de bénéfices en trois ans.

Notre opinion n’a pas changé depuis mai : on peut se demander pourquoi une entreprise qui gagne depuis des années plus de 10 milliards par an – l’entreprise a annoncé en mai un EBITDA de 17,6 milliards d’euros pour son exercice 2019, se terminant au 31 mars 2019), dont la valeur brute des marchandises dépasserait celle d’Amazon et de Walmart réunies, et qui disposerait de plus de 30 milliards de dollars de liquidités, aurait-elle besoin de 15 milliards de dollars de liquidités supplémentaires.

Une telle levée semble accréditer la thèse de certains commentateurs, selon laquelle les comptes de l’entreprise chinoise, invérifiables, sont fantasques.