Il y a quelques jours, Microsoft annonçait la forte croissance de Teams, sa solution de travail d’équipe, avec la généralisation du télétravail dans un contexte de pandémie de la maladie à coronavirus COVID-19.

Dans une série de tweets, Stewart Butterfield, CEO du compétiteur Slack, explique à quelle vitesse de nouveaux utilisateurs arrivent sur sa plateforme, et le cours de l’action bondit de 15 %.


Alors que l’entreprise a séduit 5 000 nouveaux clients au 3e comme au 4e trimestre 2019, ce nombre est passé à plus de 9 000 au cours du 1er trimestre 2020.

Slack a elle-même fermé temporairement son siège social le 6 mars, après l’annonce de la contamination de l’un de ses employés de San Francisco. Et quelques jours plus tard, elle incitait fortement tous ses employés à travailler à la maison.

Même s’il reconnaît que Slack n’a pas été conçu comme un outil de télétravail, il affirme que le passage à des canaux de communication plutôt qu’aux boîtes de messagerie rend les entreprises plus agiles, ce qui est nécessaire en période de pandémie.

D’autres entreprises numériques profitent largement de la crise actuelle. Comme Zoom, une entreprise de téléconférence.

D’un autre côté, on peut être sûr que si la pandémie ne disparaît pas dans les prochaines semaines, de nombreuses entreprises vont fermer et des millions d’employés vont se retrouver au chômage.