L’entreprise de VTC et de livraison à domicile Uber a annoncé qu’elle retirait les prévisions financières qu’elle avait données lors de la conférence téléphonique pour les résultats du quatrième trimestre 2019.

Le 19 mars, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers, son CEO Dara Khosrowshahi avait précisé que les commandes à Seattle avaient chuté de 60 à 70 % sur une base annualisée.

Le programme d’aide à ses conducteurs en période de pandémie COVID-19 ne devrait affecter son résultat net du premier trimestre que de 17 à 22 millions de dollars, et de 60 à 80 millions de dollars au deuxième trimestre – respectivement de 16 à 20 et de 55 à 74 millions d’euros.

L’entreprise avertit qu’elle va déprécier la valeur de ses investissements en actions de 1,9 à 2,2 milliards de dollars (de 1,75 à 2,0 milliards d’euros), à cause de l’impact de la pandémie. Elle possède des parts dans Didi, Grab, Zomato et Yandex Taxi.

Uber est une ancienne licorne, et fait parti des entreprises qui ont perdu de l’argent chaque année depuis sa création. En 2019, elle a perdu 8,5 milliards de dollars.

Ces dernières semaines, plus les nouvelles sont mauvaises, plus les cours de Bourse augmentent.

Uber ne fait pas exception : le cours de son action augmente de 7 % à l’annonce de ces mauvaises nouvelles.