Dans le cadre de sa croisade antichinoise et de ce qui ressemble à une tentative désespérée de reprendre le contrôle de la campagne présidentielle américaine, Donald Trump accumule les actions hostiles contre les entreprises de technologies chinoises.

Après TikTok, il s’en prend dans un ordre exécutif à Tencent et à sa filiale WeChat, pour lesquelles il souhaite interdire toute transaction avec des organisations américaines.

Un ordre exécutif ressemble à un décret : il permet à l’exécutif de court-circuiter le législatif.

Ming-Chi Kuo, l’analyste financier le plus cité sur Apple, à cause d’un brillant bilant d’informations et de prédictions avérées, ne mâche pas ses mots : d’après lui, si Apple interdisait WeChat dans son AppStore, ses ventes d’iPhones pourraient s’écrouler de 25 à 30 %, et celles de ses autres produits de 15 à 30 %.

En effet, WeChat est devenu indispensable en Chine, pour la messagerie, les paiements, le commerce en ligne, les réseaux sociaux, les nouvelles et la productivité.

Une interdiction de l’application limitée à l’App Store aux États-Unis aurait un impact plus limité : 3 à 6 % de baisse des ventes d’iPhones, et moins de 3 % des ventes d’autres produits.