La principale surprise de l’événement médiatique d’Apple hier soir fut l’absence, pour la première fois depuis huit ans, de la présentation de la nouvelle gamme d’iPhones.

Elle est reportée à octobre, à cause des difficultés de production qu’éprouvent les partenaires d’Apple pour les puces 5G. Des difficultés mentionnées il y a plusieurs mois par l’analyste vedette Ming-Chi Kuo.

L’iPad est rafraîchi avec une puce A12, tandis que le nouvel iPad Air est le premier appareil d’Apple à intégrer son nouveau système sur puce A14.

Apple A14

A14 est la première puce commerciale fabriquée avec un procédé 5 nm – celui de TSMC.

Mais les améliorations semblent pour le moins limitées.

Si Apple promet des performances en hausse de 40 % pour le processeur et de 30 % pour le processeur graphique, il s’agit de comparaisons avec la puce A12, et non la puce A13.

D’après les performances de l’A13 comparée à l’A12 fournies l’an dernier, on en déduit que la puce A14 est environ jusqu’à 16 % plus rapide que la A13 pour les calculs, et jusqu’à 8,3 % plus rapides pour les graphiques.

Pas de quoi exciter les foules, d’où sans doute le subterfuge utilisé par Apple – et régulièrement aussi par Intel ou AMD.

Pour mémoire, TSMC a indiqué que, pour ses puces 5 nm produites en masse dès 2022, on pouvait espérer jusqu’à 15 % de performances en plus, ou alors jusqu’à 30 % de consommation électrique en moins, toutes choses égales par ailleurs, que pour ses puces en 7 nm.

Pour obtenir les meilleurs benchmarks, Apple n’hésite pas à faire tourner ses puces mobiles, pour 2 ou 3 minutes au maximum, à des températures que la plupart des autres fabricants de téléphones refuseraient d’autoriser.

C’est peut-être cette limite qui est atteinte par Apple, et qui l’empêche de pousser plus avant les performances.

En revanche, l’engin neuronal de la puce serait plus de 2 fois plus rapide que son prédécesseur pour l’inférence en intelligence artificielle, avec 11 TOPs.

La puce A14 bénéficie d’un nouveau processeur de traitement de l’image (ISP).

Au total, la puce A14 est constituée de 11,8 milliards de transistors, soit 35 % de plus que la puce A13.