Après un an de luttes et d’actions en justice dans plusieurs pays, Toshiba et Western Digital trouvent un terrain d’entente.

Toshiba, au bord de l’abîme à cause des résultats désastreux de sa filiale américaine d’énergie nucléaire Westinghouse Electric, a cherché à vendre au plus vite l’un de ses joyaux, Toshiba Memory Corporation (TMC), afin de récupérer des liquidités et d’éviter la radiation de la cote à la Bourse de Tokyo.

Western Digital, partenaire de Toshiba Memory dans des entreprises communes de mémoire flash, dont elle a hérité avec l’acquisition de SanDisk, n’a eu de cesse de faire capoter la vente, et de tenter de l’acquérir lui-même.

De nombreuses sociétés étaient intéressées par la vente, car la mémoire vive et le stockage flash sont deux activités en forte expansion, avec des marges phénoménales poussées par de larges augmentations tarifaires, l’offre ne suffisant pas à satisfaire la demande.

Finalement, fin septembre, Toshiba annonçait la vente de Toshiba Memory Corporation au consortium KK Pangea, mené par Bain Capital Private Equity, avec des acteurs de premier plan de la technologie comme Apple, Dell Technologies Capital, Hoya, Kingston Technology, Seagate Technology, SK Hynix et… Toshiba.

Western Digital a encore tout fait pour que la transaction échoue, inquiet du sort des secrets industriels aux mains des compétiteurs comme SK Hynix et Seagate.

Aujourd’hui, c’est Toshiba qui remporte la guerre, et Western Digital qui capitule.

Toshiba annonce un accord global avec Western Digital. Les actions en justice et les arbitrages sont abandonnés de part et d’autre, et la collaboration entre les deux partenaires est prolongée.

Ils investiront conjointement dans Fab6, une usine de pointe pour la production de masse de mémoire de stockage Flash 3D, et Western Digital participera à la nouvelle usine de production de wafers.

Les contrats d’entreprise commune sont prolongés : Flash Alliance jusqu’au 31 décembre 2029, et Flash Forward jusqu’au 31 décembre 2027.

Les deux partenaires vont conjointement protéger leurs actifs et leurs informations confidentielles au regard de la vente de TMC, et collaboreront au succès futur de l’entreprise, avec en tête une introduction en Bourse.

Toshiba espère maintenant conclure la vente de TMC comme prévu avant la fin du premier trimestre 2018, et Western Digital se félicite d’avoir protégé les entreprises communes et l’accès aux puces NAND.