Après dix jours de procès le 30 juillet 2018, un jury ordonna à Groupon de payer 82,5 millions de dollars (environ 71 millions d’euros) de dommages et intérêts à IBM, qui exigeait 167 millions de dollars (près de 144 millions d’euros), pour avoir enfreint quatre brevets sur le commerce en ligne.

Amazon, Facebook et Google avaient par le passé contracté une licence pour des sommes comprises entre 20 et 50 millions de dollars.

Pour les avocats de Groupon, ces brevets n’auraient jamais dû être conférés à IBM, et ne seraient pas applicables au web, une invention du CERN et non d’IBM. Ils n’excluaient pas de faire appel.

Finalement, le site de commerce électronique basé sur le concept d’achat groupé, signe un accord à l’amiable avec IBM, moyennant un paiement de 57 millions de dollars (environ 49 millions d’euros), qui annule toutes les actions en justice sur les brevets entre les deux entreprises, et avec un accord de licences croisées à long terme.